Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 05:15

 

Lorsque la guerre de 1914-1918 éclate, la majorité des hommes qui composent le conseil municipal, compte tenu de leurs âges, sont versés soit dans l’armée territoriale pour quelques uns, soit pour la majorité d’entre eux dans la réserve de l’armée territoriale. Le maire Victor Chuette, pour sa part a 57 ans, le conseiller le plus âgé, François Perdu, en a 75. Pour le reste des conseillers, les âges s’échelonnent de 40 à 68 ans.

 

Les classes mobilisées durant la guerre sont celles qui s’échelonnent entre 1887 à 1919. Les plus jeunes conseillers, Hippolyte Perdu et Désiré Boutanquoi font respectivement partie des classes 1892 et 1894, mais à ce titre sont versés dans la réserve de l’armée territoriale.

 

Les conseillers échappent donc à la mobilisation.

 

Le conseil peut ainsi se réunir mais beaucoup de ses délibérations répondent à la situation de guerre dans laquelle vit la population ; pour l’essentiel elles se limitent à gérer les problèmes liés au ravitaillement, à celle des réfugiés et à l’aide à apporter aux familles de mobilisés, surtout à celles dont les parents sont âgés et aux femmes seules en charge de famille. Le temps passant, avec le nombre d’hommes tués aux combats, ils devront faire face à la situation dramatique des veuves et des orphelins.

 

Ils auront aussi à gérer les problèmes dus à la présence permanente d’unités mises au repos après avoir passé de longues semaines sur le front. Se pose alors la question des réquisitions, d’habitat pour les officiers et sous-officiers, de subsistance pour la troupe et de fourrage pour les chevaux.

 

Et puis le maire a la lourde et pénible tâche de recevoir les avis de décès de soldats et d’aller en informer les familles. Pour qui n’a jamais du accomplir cette douloureuse mission, il est difficile d’imaginer combien il faut prendre sur soit même pour apporter cette horrible nouvelle. En général le maire n’y allait pas seul, se faisant accompagner de l’adjoint ou d’un conseiller.

 

Le conseil se réunit 5 fois en 1915 ; 3 en 1916 et 3 en 1917. Entre le 5 août 1917 et le 2 novembre 1919 aucune séance n’a lieu.

 

Dans ces moments difficiles le maire et les conseillers n’auront guère que le temps de s’occuper des affaires urgentes liées à la situation.

 

Après la guerre les premières élections municipales auront lieu le 30 novembre 1919.

 

 

Les élections de 1919

Hippolyte PERDU, maire

 

Par arrêté en date du 12 novembre 1919, le préfet convoque les électeurs afin de désigner les membres du futur conseil municipal.

Les maires de Saint-Jean-aux-Bois
Les maires de Saint-Jean-aux-Bois

Boutanquoi Désiré, qui n’avait recueilli que 35 voix lors du 1er tour, est déclaré élu le 5 décembre avec 36 voix, après le vote des réfugiés qui n’avaient pu voter le 30 novembre.

 

Le conseil se réunira le 10 décembre suivant pour sa mise en place et l’élection du maire et celle de l’adjoint.

Les maires de Saint-Jean-aux-Bois

à suivre…

Partager cet article

Repost 0
Published by niddanslaverdure
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de niddanslaverdure
  • Le blog de niddanslaverdure
  • : Décrire le village de Saint Jean aux Bois dans l'Oise. Parler des curiosités de la forêt de Compiègne. Raconter des anecdotes villageoises. Tous les articles publiés dans ce blog sont extraits de livres, brochures et articles publiés par l'auteur. Ils ne peuvent être reproduit sans son accord.
  • Contact

Texte Libre

Recherche